cells, human, medical

Vaincre le cancer par l’alimentation?!

Pour vaincre le cancer, il faut suivre un ensemble de règles d’hygiène de vie. parmi ceux ci , on l’alimentation qui doit être adaptée pour chaque malade.

Prévention nutritionnelle des cancers coloréctaux

le cancer colo-rectal, une situation exemplaire : Pour ce cancer, les étapes successives depuis la cellule normale jusqu’à la constitution de la tumeur maligne ont été bien  décrites aussi bien par l’anatomo-pathologie que par la biologie moléculaire. C’est ainsi  que l’on a pu montrer par des essais d’intervention que l’apport de calcium diminuait  le risque de progression du petit adénome vers le gros adénome, tandis que les fibres  agiraient à un stade ultérieur pour réduire le risque de tumeur maligne. La pratique de  l’exercice physique est ici aussi importante en terme de protection.

compléments nutritionnels pour vaincre le cancer :

Ils ne sont aucunement justifiés. Un complément alimentaire, même multi-vitaminique,

ne peut remplacer une alimentation diversifiée (les micro-constituants des fruits et

légumes sont plus nombreux et pris dans une matrice qui favorise leur absorption et

leur synergie éventuelle) et équilibrée. Ils ne concernent en effet qu’une petite partie de

la prévention nutritionnelle, sans effet sur la croissance tumorale et la progression. En

outre, il a été montré que certains anti-oxydants (b-carotène principalement), apportés

de façon isolée et à forte dose dans un organisme abritant éventuellement des cellules

transformées (chez un fumeur par ex.), facilitaient la progression de ces cellules vers la

constitution d’une tumeur maligne (cancer du poumon dans notre exemple). On a aussi

montré que la vitamine E s’opposait aux effets anti-prolifératifs de la peroxydation

lipidique et/ou du traitement, et avait un effet négatif sur la survie des patients.

Utilisez cette combinaison d’herbes naturelles pour améliorer votre santé au quotidien

Declinaison concrète des ≪ 5 fruits et légumes par jour ≫ recommandes par l’OMS

= 5 portions de fruits et légumes verts (par exemple 3 légumes verts + 2 fruits )

A consommer crus, ⇒ cuits, nature ou préparés

⇒Qu’ils soient frais, surgelés ou en conserve

⇒A chaque repas et en cas de petits creux

Le persil, la ciboulette, l’ail…. Ne se comptent pas en tant que « portion de légumes verts

Exemples de portions de legumes verts

1 petite assiette de crudités

1 endive

1 tomate moyenne

1 ou 2 carottes

1 petite assiette de légumes cuits

1 petite boîte de conserve de légumes

1 bol de soupe ou briquette de 250 ml

Exemples de portions de fruit

1 fruit : 1 pomme ou 1 poire ou 1banane

2 clémentines ou 2 kiwis ou 2 gros abricots…

1 petit bol de salade de fruits / fruits au sirop

1 petit pot de compote

1/2 à 1 verre de jus de fruits (100 % pur jus)

4 abricots secs

L’objectif de « 5 fruits et légumes » est un objectif FINAL qui n’est pas toujours atteignable (raisons financières …).

En réalité, en consultation, il s’agit souvent d’encourager les patients à augmenter leur  fréquence de consommation de fruits et légumes.

Pour cela il faut fixer avec la personne des objectifs realisables (on peut commencer par 1 fruit par jour, ou bien même parfois simplement partir à la découverte des légumes verts :  les patients sont alors encouragés à introduire une nouveauté par semaine…)

Si vous avez apprécié le contenu de cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseau sociaux pour avoir le maximum d’intérêt.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.