new year, the israeli, apple

LE MIEL: UN EXCELLENT CICATRISANT ET ANTIMICROBIEN NATUREL

 Après avoir étudier les propriétés nutritionnelles du miel. Aujourd’hui, on va  voir  ses propriétés thérapeutiques et son
utilisation comme remède naturel contre  plusieurs affections.
le miel  est un puissant antimicrobien et cicatrisant naturel , et ceci  grâce à la présence de nombreux
constituants qu’on va voir dans cet article.

1. Les propriétés cicatrisantes du miel

Le miel est reconnu depuis longtemps comme favorisant la cicatrisation de plaies

qu’elles soient profondes, étendues, nécrosées, surinfectées.

La cicatrisation d’une plaie se déroule en trois temps:

 La détersion

C’est la phase de nettoyage de la plaie; elle a pour but d’éliminer les tissus

nécrotiques et de favoriser la cicatrisation par bourgeonnement.

Elle peut se faire mécaniquement (avec un bistouri), chimiquement (avec des

enzymes), chirurgicalement (par exérèse quand la nécrose est trop épaisse),

biologiquement (avec des asticots), ou de façon auto lytique (par l’action des

polynucléaires et des macrophages).

 Le bourgeonnement

Cette deuxième phase se caractérise par l’apparition de nouveaux capillaires qui

apportent les nutriments nécessaires à la multiplication cellulaire.

 L’épithélialisation

C’est pendant cette phase que les cellules épidermiques de la berge de la plaie

prolifèrent avant de migrer vers la surface cutanée.

Comment favorise le miel la cicatrisation des plaies?

le miel  va  agir par une série de mécanismes  qui vont  favoriser le processus de cicatrisation naturelle.
ces  mécanismes sont comme suite:

1. Hydratation

 le miel contribue à l’hydratation de la plaie

Et un environnement humide est favorable à la détersion. 

En effet,  la détersion en milieu humide permet de solliciter la flore

bactérienne normalement présente sur la peau qui est capable d’éliminer les débris

nécrotiques et/ou fibrineux.

2. pH

Les fibroblastes jouent un rôle fondamental dans le processus de cicatrisation. Or

leur migration, leur prolifération et surtout la synthèse de collagène sont optimales

dans un environnement légèrement acide. Le pH du miel varie entre 3 et 6 : les

pansements au miel favorisent donc l’activité fibroblastique.

3. Viscosité

Le caractère visqueux du miel (plus ou moins prononcé suivant son origine florale)

créée une barrière protectrice autour de la plaie  empêchant ainsi toute surinfection

de la lésion et ce d’autant plus que le miel est aussi doté de propriétés

antibactériennes.

4. Osmolarité

Le miel possède une forte osmolarité qui provoque un « appel » de lymphe et de

plasma qui draine les exsudats et favorise l’arrivée massive des cellules entrant dans

le processus de cicatrisation (macrophages,  fibroblastes)

5. Les sucres

Les sucres et notamment le fructose présents dans le miel améliorent

localement la nutrition de la plaie et donc accélère le processus d’épithélialisation.

Les cellules (macrophages, fibroblastes ) impliquées dans le processus de

cicatrisation trouvent grâce à ces sucres une source d’énergie supplémentaire qui

contribue à leur bon fonctionnement.

6.  Rôle désodorisant

Les plaies traitées avec du miel ne dégageaient aucune

mauvaise odeur. Les bactéries dégradent normalement les acides aminés issus du

sérum ou des cellules mortes en rejetant des composés malodorants; mais, si du miel

est à leur disposition, alors elles vont le dégrader en priorité. Ce processus aboutit à

la formation d’acide lactique inodore. Le miel appliqué sur une plaie a un effet

désodorisant.

7.  Non adhérant aux plaies

 les pansements au miel n’adhèrent pas aux plaies. Ainsi le tissu nouvellement formé est respecté et le changement de pansement se fait sans douleur.

cicatrisation d'une plaie
plaise cicatrisée

Technique d’application:

La plaie doit être soigneusement nettoyée au sérum

physiologique (ce nettoyage est complété par un brossage superficiel à l’aide

d’une brosse stérile à poils souples, conservée dans une solution de BETADINE®).

Puis le miel est soit déversé directement dans la plaie, soit mis en place par

l’intermédiaire d’une compresse préalablement imbibée.

 La plaie est ensuite recouverte d’une compresse sèche puis un pansement occlusif

 est mis en place.

Ce pansement est changé de façon quotidienne, sauf si la lésion à traiter est très

exsudative ce qui, dans ce cas, impose un pansement biquotidien au miel.

 Le miel agit en profondeur et son pouvoir de détersion se

constate à l’œil nu, jour après jour .

 L’action nourrissante qui s’exerce parallèlement à

l’action curative entraîne une excellente cicatrisation.

Dans les cas de plaies surinfectées, les miels de thym et de lavande sont d’une grande efficacité.

Son utilisation depuis  25 ans sur environ 3000 patients dans les hôpitaux  a montré que

l’application du miel dans les plaies n’était pas douloureuse et pouvait même

entraîner dans certains cas, une réduction partielle de la douleur notamment dans

certaines lésions traumatiques ou brûlures du premier ou deuxième degré.

propriétés antimicrobiennes et cicatrisantes du miel

2. L’activité anti bactérienne du miel :

La puissante activité in vitro du miel contre les bactéries résistantes aux antibiotiques et les

résultats prometteurs obtenus lors de l’application du miel sur des plaies, ont

attiré l’attention de nombreux chercheurs qui ont tenté de caractériser les pouvoirs bactéricide et bactériostatique du miel.

 les facteurs principaux qui  sont impliqués dans ce pouvoir bactéricide  sont les suivants:

1. L’osmolarité :

Elle est la conséquence de la forte teneur en sucre du miel. Le miel agit donc de manière osmotique, en provoquant une forte déshydratation des germes qui n’ont plus alors suffisamment d’eau pour survivre.

La valeur moyenne de l’activité hydrique du miel se situe entre 0,562 et 0,62. De nombreuses

espèces bactériennes ont leur croissance complètement inhibée pour une activité hydrique comprise entre 0,94 et 0,99.

2. Le pH acide :

Le pH du miel est relativement acide, variant entre 3 et 6. Ce pH semble être efficace pour ralentir ou éviter la croissance de nombreuses espèces de bactéries pathogènes

3. Le système peroxyde d’hydrogène (inhibine):

La principale « inhibine » que contient le miel est le peroxyde d’hydrogène  ou (H2O2).

C’est la gluco-oxydase  qui permet la réaction suivante :

eau + glucose   >>>>>>>>>>> H2O2 +  acide gluconique


Lors de l’application de miel, la libération de peroxyde d’hydrogène se fait de façon lente et prolongée.

Ce peroxyde d’hydrogène a donc un meilleur potentiel antibactérien quand il est libéré par le miel que lorsqu’il est utilisé seul dans une préparation antiseptique

4. Des facteurs phytochimiques :

Parmi les facteurs phytochimiques, on retrouve les huiles essentielles ,des nectars de fleurs dont le pouvoir antibactérien est déjà connu .  Comme  par exemple, le thymol du thym, ou encore la pinocembrine qui est un flavonoïde identifié récemment dans une douzaine de miels. 

 De par son effet antiseptique, elle jouerait un rôle important dans le maintien de l’hygiène à l’intérieur de la ruche.

5. La défensine-1 :

Il s’agit d’une protéine fabriquée par les glandes hypopharyngiennes et mandibulaires des abeilles. Elle est retrouvée dans le miel et la gelée royale.

Les défensines constituent une famille de peptides cationiques antimicrobiens. Ce sont de petits peptides, de masse moléculaire variant de 3,5 à 6 kDa, qui possèdent un large spectre d’activité antimicrobienne (bactéries Gram positif et Gram négatif, champignons, virus enveloppés).

Elles jouent un rôle prépondérant dans les pathologies infectieuses, et elles modulent la réponse immunitaire.

6.Spectre antibactérien du miel :

Les espèces les plus sensibles sont : Streptococcus pyogènes, Staphylococcus aureus, et Escherichia coli.

 Les autres espèces telles que: Enterococcus faecalis, Klesiella pneumoniae, Proteus mirabilis, 

Proteus species, Clostridium welchii, Pseudomonas aeruginosa et Clostridium tetani 

sont également sensibles au miel, mais à un degré moindre.

 

3. L’activité antifongique:

 Mycoses cutanées:

  Un essai clinique a été mené pendant un mois, des patients

atteints de mycoses dermiques, dues notamment à Pytiriasis versicolor et à

Epidermophyton inguinale, ont été traités trois fois par jour avec une mixture

composée à parts égales de miel, d’huile d’olive et de cire d’abeille.

1  Ils  ont obtenu des réponses cliniques dans 86% des cas pour les patients atteints par

Pytiriasis versicolor, et dans 79% des cas chez ceux touchés par Epidermophyton

inguinale.

Une guérison complète a été observée dans 79% des cas pour Pytiriasis versicolor et

dans 71% des cas pour Epidermophyton inguinale.

 Mycoses vaginales:

Une autre publication scientifique  rapporte que le

miel a une efficacité comparable aux antifongiques classiques sur des candidoses

vaginales provoquées par Candida albicans.

faut souligner que pour traiter des mycoses, les concentrations en miel sont plus

élevées que pour obtenir un effet antibactérien.

 

4. L’activité antivirale:

Observations cliniques:

Les Herpès Simplex Virus (HSV) provoquent des lésions très douloureuses soit au

niveau labial, soit au niveau génital. Ces virus se « réveillent » plus ou moins

fréquemment consécutivement à un traumatisme, à une exposition au soleil, à un

stress ou encore pendant les menstruations.

La principale molécule à usage topique utilisé pour traiter ces poussées herpétiques

est l’aciclovir.

AI-Waili (2004 ) a réalisé un essai clinique avec des patients souffrant de poussées

récurrentes d’herpès labiaux et génitaux.

Le miel (origine multi florale) diminue de 35% la durée de l’attaque pour l’herpès

labial.

Avec le miel, les douleurs de l’herpès labial sont calmées plus vite, les croûtes se

forment plus rapidement et la guérison est constatée plus tôt qu’avec l’aciclovir.

Il en est de même pour les herpès génitaux.

De plus, dans deux cas pour l’herpès touchant la lèvre, et dans un cas pour l’herpès

touchant la sphère génitale, le miel a endigué les poussées. L’aciclovir n’a endigué

aucune poussée au cours de cet essai.

Données scientifiques:

L’effet anti-viral du miel n’est à ce jour pas expliqué. Cependant, certains composants

présents dans le miel sont connus pour leurs effets anti-viraux sur l’HSV comme les

flavonoïdes , le cuivre .

Le monoxyde d’azote (NO) jouerait aussi un rôle anti-viral .

5. L’activité anti-mycobactérienne:

Avicenne recommandait à son époque le miel comme remède à la tuberculose.

Asadi-Pooya et al. (2003), ont étudié in vitro le potentiel bactéricide du miel sur les

mycobactéries. Ils ont démontré que la croissance des mycobactéries était inhibée

lorsque l’on ajoute du miel (à des concentrations de 10% à 20%) au milieu de

culture.

6. Autres propriétés thérapeutiques du miel:

le miel possède des propriétés :

antianémique: qui combat l’anémie

antiseptique: qui détruit les microbe

apéritive: qui stimule l’apétie

béchique: qui calme la toux

digestive: qui aide à la digestion

diurétique: qui augmente la sécrétion d’urine

dynamogénique: qui augmente la force et l’énergie

émolliente:  qui relâche , détend et amollit les tissus enflammés

fébrifuge: qui calme la fièvre

laxative: qui facilite le transit intestinal

sédative:  qui calme

vicariante: qui supplée à la déficience.

Voir aussi : bienfaits du miel pour la santé

Si ces informations vous ont parues utiles n’hésitez pas à les partager  avec vos amis et votre famille. Abonnez aussi à la newsletter pour recevoir de nouveaux articles sur la santé, nutrition et bien être.
 
 
Si vous êtes intéressés par les  remèdes naturels , les vertus thérapeutiques des plantes et la phytothérapie et vous voulez développer plus vos connaissances dans ce domaine, je vous propose ce livre sur les traitements et les remèdes naturels à base de plantes:
  • Vous découvrirez la nature précise et la structure chimique d’une plante. Et comment elles réagissent au corps et aux organes internes
  • Vous découvrirez des remèdes naturels pour traiter toutes sortes de troubles… comme le rhume ou prévenir la grippe.
  • Les compléments les plus importants à base de plantes que vous pouvez ajouter à votre alimentation.
  • Les remèdes naturels pour vous aider à retrouver une peau fraîche et rajeunie!
  • Vous apprendrez les concepts de santé naturelle: L’hydrothérapie, la phytothérapie, Eclectic Médecine et Hygiène Naturelle
 

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *